Archive pour la Catégorie 'Non classé'

Page 2 sur 2

Manif du 16 Octobre 2010 (video)

http://www.dailymotion.com/video/xfc3vf

Gaza ou la Géopolitique du cynisme

arton10130e85dd.png Trois semaines  de pilonnage de la bande de Gaza et un bilan effroyable à la clé et soudain les rédactions de nos médias ne parlent plus que de « trêve viable » oubliant l’absurdité et la monstruosité cynique de cette agression. L’opération « plombs durcis » comme l’a si joliment nommé l’état major israélien n’est pas un épiphénomène que l’on peut sérieusement appréhender sans le replacer dans le contexte global du conflit. Car il faut en finir avec les prétextes fallacieux qui nous sont servis quotidiennement pour justifier l’injustifiable, que le sud d’Israël soit bombardé c’est un fait, que les gens qui y vivent ressentent une certaine insécurité, je peux le concevoir, mais alors que dire du triple supplice de Tantale que les Gazaouis  subissent depuis des mois, la faim, la soif, la pénurie de médicaments, l’insalubrité , la dégradation de toutes les infrastructures et pour finir une pluie apocalyptique de bombes et de munitions en tout genres (conventionnelles ou pas). Rappelons que le sort des Gazaouis ne peut être dissocié de celui du reste de la Palestine occupée et que la Cisjordanie n’est pas sous l’autorité réelle du gouvernement Abbas mais sous l’emprise militaire et politique d’Israël, et ce malgré toutes les concessions (abdications ?) qu’a pu faire Abou Mazen. Posons nous aussi la question du « timing » de cette opération, faut il être expert en politique israélienne pour établir une relation solide entre les législatives qui auront lieu en février 2009 et la dévastation de la bande de Gaza ? Faut t’il être extralucide pour s’étonner de l’arrêt unilatéral des hostilités par Israël a deux jours de l’investiture d’Obama ?

La vérité crue c’est que dans l’esprit corrompu des dirigeants Israéliens  les élections internes se gagnent aujourd’hui, non pas sur les capacités à trouver des solutions politiques au conflit, mais sur l’étalage de la force brute et de la puissance d’Israël  et de son armée (qui devait « redorer » son blason après le revers libanais). En un mot le siège de  1er ministre d’Israël ne s’acquiert plus qu’en fonction de la hauteur du monceau de cadavres palestiniens !

Ceux là même qu’on appelle généralement les dommages collatéraux.

Obama ne changera rien à la donne, Israël est en position de force et ne négociera pas, il est clair aujourd’hui que ce que veut la quasi-totalité de la classe politique israélienne c’est le politicide délibéré de l’état Palestinien : voilà maintenant des années que l’OLP  a reconnu Israël et que le problème aurait pu être réglé, mais depuis Oslo 1& 2, en passant par les accords de Taba, de Camp David et d’Annapolis, la communauté internationale et les palestiniens en premier lieu assistent à l’expansion inexorable de leur puissant voisin, au non respect des résolutions et des décisions de l’Onu, à l’érection d’un mur illégal qui de par sa présence  engloutit toute perspective de continuité territoriale et donc de viabilité d’un hypothétique état Palestinien, le peuple palestinien assiste aussi à sa paupérisation progressive et à la destruction épisodique de ces infrastructures administratives, au détournement des ressources aquariferes (90% pour Israël, 10% pour les territoires occupés, à population équivalente). Sans faire de procès d’intention, il y’a fort a parier, que les colonies de peuplement continueront après les événements de Gaza   et que lors de la prochaine mascarade internationale sur la question la bonne vieille méthode du fait accompli et la sacrosainte sécurité d’Israël seront a nouveau les arguments principaux de la délégation israélienne.

Le choix est déjà clairement fait dans la tête des responsables comme Olmert, Barak, Peres, Livni, Netanyahou…le discours sur le processus de paix et la naissance d’un état Palestinien à coté d’Israël  est une fumisterie, ils ont clairement opté pour l’accomplissement total du projet colonial que préconisait la droite israélienne, il n’y aura qu’un état et des citoyens au statut différents, un nouvel Apartheid.

Dans un conflit « normal »les responsables auraient eu à répondre des exactions commises, ainsi Olmert, Barak, Peres, Livni aurait du être traduit devant le TPI, mais Israël n’est pas un état normal, puisqu’il viole une trentaine de résolutions de l’ONU sans sanctions, qu’il ne respecte ni  le droit international  ni les conventions de Genève. Israël n’est pas un état comme les autres et ses dirigeants ne comparaitront qu’au tribunal de leurs propres consciences (s’ils en ont encore).

Je disais qu’Obama n’y changera rien, ces récentes déclarations les confirme : « Si quelqu’un tirait des roquettes sur ma maison où mes deux filles dorment chaque soir, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour faire cesser cela. », tout est déjà dit, la sympathie et la compassion  pour Israël, l’indifférence à l’égard de la tragédie palestinienne ; Il faut se rappeler que depuis le 11 septembre il y’a un consensus politique pour valider l’équation simpliste que voici : Al Qaïda = islamistes terroristes = musulmans = arabes = musulmans terroristes donc  arabes = terroristes et au final  palestiniens = arabes = terroristes ! Lorsqu’au lendemain de l’attentat contre les Twin Towers  Ariel Sharon déclarait qu’Israël avait son Ben Laden en la personne d’Arafat, il  réussissait un coup de maître en présupposant un communauté de destin entre Les Etats Unis et Israël ou plus exactement entre l’impérialisme américain et le colonialisme Israélien. La classification des palestiniens dans la catégorie des terroristes les déshumanisent de fait, et la rhétorique plurimillénaire de l’axe du bien et du mal pouvait être utilisée sans complexe par les faucons états-uniens et Israéliens. Ainsi le 11 septembre autorise Jenine et Gaza,  même si les 1300 morts dont une grande partie sont des femmes, des vieillards et des enfants ils n’en restent pas moins des palestiniens donc des arabes donc des terroristes ! Obama n’infirme pas ce postulat foireux et  Hillary Clinton (la nouvelle Condoleeza Rice)  ne semble pas être éminemment sensible aux souffrances palestiniennes. 

L’espoir ne viendra pas de l’ONU, qui est devenue une immense coquille vide, incapable de faire appliquer la moindre résolution et son conseil de sécurité se heurte systématiquement au veto américain. L’union européenne ne fera pas grand-chose, si ce n’est allouer de nouvelle subventions à l’autorité nationale palestinienne qui s’en servira pour reconstruire ce qui a été détruit par l’armée israélienne…jusqu’à ce que tout soit a nouveau détruit. De plus elle continuera à délivrer une subvention autrement plus généreuse à Israël, elle a de plus, récemment rehausser le niveau des accords « déjà privilégiés » avec l’état hébreu, il y’a là une duplicité que la lâcheté et l’inconséquence politique explique ! 

La ligue arabe est une faillite, morale, politique et humaine…il n’y a hélas rien à en attendre ! 

Je pourrais céder au désespoir le plus noir, mais je souffre du même mal incurable que les palestiniens : L’espoir. L’histoire nous apprend que les résistances sont toujours venues à bout des oppressions et il n’y a aucune raison qu’il en soit autrement  pour la Palestine! 

L’espoir réside dans cette formidable mobilisation planétaire, les masses populaires se dressent contre la férocité et l’iniquité de cet ordre mondial  abhorré, dont l’impérialisme américain et le colonialisme israélien sont des composantes. L’Amérique du sud avec Chavez et Morales redonnent un peu d’honneur et de dignité au mot de politique. Le peuple palestinien supplicié est admirable de courage et d’abnégation, de dignité et d’humanité, il refuse obstinément de disparaître en tant qu’entité nationale et l’espoir  est surtout en lui …Palestine Vivra, Palestine vaincra ! 

BENSAADA Mohamed 

Diversité ou Diversion? 21 Novembre 2008 -8 rue fort Notre dame

n168833266423829.jpg

  Derrière ce titre un peu provoc, se cache une vraie question de fond: quid de l’égalitarisme républicain? La grande photo de famille du parlementarisme français prise lors du dernier congrès de Versailles révèle l’ampleur du drame de la « diversité » à la Française: l’image est désespérément monochrome. Outre atlantique les USA viennent par les urnes de désigner un noir à la tête du pays majoritairement blanc, et le monde de s’enthousiasmer pour l’élection de Barack Obama a commencer par nos médias et notre classe politique hexagonale. S’il est un sujet qui fait consensus c’est bien celui là, et les commentaires dithyrambiques de droite comme de gauche sont là pour en attester. Mais que cache cette Obamania? Pour la middle class américaine cela peut se comprendre, au-delà de l’aspect symbolique,c’est  la crise et donc le programme économique du candidat démocrate qui marque une rupture (une vraie) d’avec les 8 années de dérive de l’administration Bush et surtout la fin de la révolution conservatrice entamée sous l’ère Reagan. Pour l’américain moyen le vote Obama c’est l’espoir d’une politique plus « sociale »et d’une société moins dure.Mais pour nos parlementaires, nos élus locaux, nos responsables de partis que signifie cette liesse? Ce que nous applaudissons aux états unis serait-t-il envisageable ici? Nous tenterons de répondre à cette question et a bien d’autres au cours du débat conférence que QN-QF et La Maison Du Maroc organisent le vendredi 21 Novembre au 8 rue Fort Notre Dame, en présence de Vincent Geisser.   

De l’obscénité des chiffres…

 logorsacmjn.jpg

Il n’y a pas si longtemps juste avant l’effondrement de Wall Street et des autres bourses du monde, l’actualité braquait ses feux sur le RSA (Revenu de Solidarité Active) et la polémique tournait autour du financement de cette « réforme ». Notre étonnant président suggérait alors qu’il fallait financer ce dispositif en taxant une partie des revenus du capital. Tiens voilà une idée bizarre dans la tête du chef de l’exécutif ultra libéral de notre pays, comment l’idée d’un semblant de solidarité et de  redistribution des richesses a-t-elle pu y germer? Martin Hirsch aurait t’il réussit à convertir Sarkozy  au socialisme??? Des cris d’orfraie retentirent alors dans les rangs de la majorité présidentielle qui évoquait avec inquiétude l’exode annoncée de tous « les riches » de France à l’étranger où leurs actions et leurs biens  seraient à l’abri de l’horreur fiscale Française. Une fois le choc passé de cette annonce fracassante (qui pour le coup damait une fois plus le pion à notre gauche fantomatique et aphone), il fallait examiner dans les détails  cette initiative gouvernementale sensée augmenter les revenus des travailleurs pauvres, ce qui reste encore à prouver. La loi est accompagnée d’un décret sur le train de vie des allocataires de minima sociaux: concrètement  Il autorise en effet la CAF et les autres organismes de la Sécurité sociale, à effectuer des contrôles , à l’insu et sans le consentement du « bénéficiaire » de minima sociaux, mais aussi de n’importe quelle autre prestation sociale. Mais surtout, il met en place un nouveau mode de calcul des minima qui prend désormais en compte le « patrimoine ». Toutes ces mesures étant prises pour lutter contre la « Fraude » et les petits profiteurs!!! Finalement le RSA va surtout faire diminuer le nombre d’ayant droit et instituer encore un peu plus la culture du soupçon (à l’égard des démunis) comme le cœur de la philosophie politique sociale de notre pays; Il est affligeant de voir avec  quelle hargne et inflexibilité les « précaires » sont traités, suspects qu’ils sont aux yeux de l’état de profiter indûment de la solidarité nationale et de se complaire oisivement dans l’assistanat (mot dégoulinant de mépris qui est en soi une insulte). Quelle ironie de constater aujourd’hui que le milliard d’€ qui a l’époque était introuvable pour financer le dispositif RSA semble modique après ce mois d’octobre 2008 et la révulsante obscénité des chiffres qui seront nécessaires pour préserver le système bancaire international, on parle de milliers de milliards de $. 1 milliard d’€ pas de quoi remplir une dent creuse( de trader) par les temps qui courent.   

        

DIVERSITE OU DIVERSION ?

 

Le Vendredi 21 Novembre 2008 à 19Hoo 

au 8 rue Fort Notre Dame 13007 Marseille

Les associations « Quartiers Nord-Quartiers Forts » & »La Maison Du Maroc » organisent une Conférence/débat  sur le thème de la diversité en politique autour du livre de Vincent Geisser & El  Yamine Soum :

 « DISCRIMINER P OUR MIEUX REGNER » 

 n168833266423829.jpg  

En présence de:   Vincent GEISSER est politologue et sociologue au CNRS, à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-en–Provence. Président du Centre d’information et d’études sur les migrations internationales (CIEMI), il a notamment publié Ethnicité républicaine. Les élites d’origine maghrébine dans le système politique français, Presse de Sciences Po (1997), La Nouvelle Islamophobie, La Découverte (2003) ; Marianne & Allah, les politiques français face à la « question musulmane », La Découverte (en collaboration avec Aziz Zemouri, 2007).   

contact:  06 28 20 29 68 – qnqf@neuf.fr

Crise du logement!

Nos quartiers nord détiennent à eux seuls un triste record, 75% du parc locatif de Marseille (H.L.M) est concentré dans le 13, 14,15 et 16 arrondissements. La flambée immobilière de cette dernière décennie a fini de tuer le rêve de marseillaise et marseillais de devenir propriétaire dans leur quartier. Autrefois les HLM étaient une étape dans la vie d’un couple, voir un tremplin pour devenir propriétaire. Aujourd’hui, les HLM sont devenus un refuge, voir même un trésor. Le prix des oyers dans le privé n’en finit plus de crever le plafond « On à l’impression que les loyers sont indexés sur le prix du baril de pétrole « dixit Pierre. Au jour d’aujourd’hui ,il y a 32000 demandes d’HLM à Marseille pour seulement 4000 rotations ,le délai d’attente pour se voir attribuer un appartement est de
plus de 7 ans :voila la réalité. La mairie centrale de Marseille (Mr le Maire GAUDIN ) distribue quelques centaines d’appartements aux mairies de secteurs.
La commission d’attribution d’appartement dans les mairies de secteurs reste un sujet TABOU, vouloir en discuter avec nos élu(
e)s de secteurs devient un
véritable chemin de croix;du coup chez le simple citoyen ayant déposé une demande,elle est source de tous les fantasmes : »opaque », »piston », »intervention
d’élus ». »Si tu n’est pas pistonné,ce n’est même pas la peine d’espérer »dixit manu et Fatima des Micocouliers. Il faut changer tout ca, nous simple citoyens de ces quartiers n’avons jamais oubliés ce qui est marqué aux dessus des perrons des mairies: LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE. Pour lever toute ambiguïté rendons les commissions d’attributions TRANSPARENTE et PUBLIQUE.

GRABSI Salim

Histoire de flamme et de flambée.

01423.jpg

Les images défilent sous mes yeux et comme des millions de téléspectateurs je vois des athlètes brandissant une flamme qui doit parcourir quelques 137000 Km avant de parvenir a Pékin où seront célébrée les olympiades 2008. Sauf que cette flamme est en danger assaillie, encerclée, malmenée, éteinte (oh sacrilège!) puis rallumée; en lieu et place de la fête annoncée nous assistons a des scènes d’émeutes sur le trajet de ladite flamme, des opposants chinois et des militants de la cause tibétaine s’opposent à la police et a des hommes en survêt bleus tout droit sorti d’une mauvaise série B allemande et soudain je suis pris d’un vertige: évidemment j’éprouve de la sympathie pour celles et ceux qui croient pouvoir changer le monde par ce genre de manifestations, et je m’insurge contre l’hypocrisie du CIO qui en attribuant les jeux à Pékin s’est de fait assis sur les valeurs de l’olympisme qu’il prétend défendre, ses valeurs sont remplacées par le potentiel des marchés et les taux de pénétrations marketing et donc ces jeux aurons bien lieu! En guise de dessert le JT nous parle d’une autre Catastrophe: la flambée des denrées céréalières dans le monde sous le ton de l’anecdote on nous dit que chaque point (%) d’augmentation du prix des céréales fait basculer 17 Millions de personnes dans la malnutrition…Bigre, c’est quoi déjà le badge rebelle que vont porter nos sportifs à Pékin? Ah oui: « pour un monde meilleur »!

BENSAADA Mohamed

Paroles de lecteurs…Paroles d’électeurs!

Interview de Zohra G. 48 ans mère de 3 enfants habitante de st joseph par GRABSI Salim

GS : au lendemain des municipales que ressentez vous ?

ZG : nous avons eu beaucoup de promesses pour améliorer notre qualité de vie et surtout pour répondre a la crise du logement.

rendez vous compte aujourd’hui au 21ème siècle on loue des caves a 500 €/mois a usage d’habitation, mais où va-t-on ? Je m’inquiète pour l’avenir de mes enfants !

GS : qu’attendez vous de la nouvelle équipe municipale ?

ZG : qu’elle soit à nos cotés pour une meilleure école pour nos enfants avec des moyens plus spécifiques et mieux adaptés aux écoles primaires de nos quartiers et surtout qu’elle ne fasse pas la même erreur que l’équipe précédente !

GS : C’est-à-dire ?

ZG : qu’une fois les élections gagnées elle s’enferme dans sa tour d’ivoire, nous voulons des élus de terrains qui soient a nos côtés et qui répondent a nos demandes et ce quel que soit l’importance de l’élu (conseiller municipal, communautaire ou adjoint de mairie, Maire de secteur ou

conseiller général). Je peux vous affirmer que si les promesses ne sont pas tenues alors je rejoindrais le camp des abstentionnistes déjà très nombreux dans nos quartiers !

GS : merci pour votre franchise.

ZG : merci pour votre écoute.

GRABSI Salim

Je vote donc je suis!

Citoyen, un terme galvaudé par son utilisation permanente et souvent erronée.

Le mot signifiait Dans l’antiquité : personne qui jouissait du droit de cité ;

De nos jours cemot est souvent utilisé pour désigner un type de comportement, plus qu’un quelconque privilège.

La citoyenneté est un privilège, même si cette assertion est malheureusement démentie par l’abstentionnisme endémique de ses dernières années :

On parle fréquemment de crise de la citoyenneté sans mesurer à quelle point le consumérisme a pris le pas sur le civisme, il s’agit d’une véritable crise identitaire globale qui frappe tous les pans de la société , mais le mal atteint son paroxysme dans les quartiers dits « défavorisés ».

La question qui nous vient tout de suite à l’esprit est pourquoi ?

Qu’est ce qui pousse les gens à se désintéresser à ce point de la politique, ou plutôt pourquoi la politique n’intéresse plus une grande partie de nos concitoyens ?

C’est la même question posée de deux façons différentes : la première cependant met en cause le citoyen, qui ne l’est plus tout à fait puisque même si le vote n’est pas obligatoire, il n’en demeure pas moins un droit inaliénable dudit citoyen, or ne pas voter c’est une manière de renoncer a ce droit ; par conséquent la dimension citoyenne de l’individu se trouve ipso facto enfouie profondément sous la réalité quotidienne du contribuable et du consommateur.

De la même façon l’argument selon lequel l’abstention traduirait un mécontentement est contredite par le bon sens, car tout le monde connaît le vieil adage « Qui ne dit mot, consent ».Oui le mutisme ne peut en aucun cas être constructif, au contraire il donne libre champ aux opinions minoritaires et aux démagogues les plus dangereux, le 21 Avril est là pour en témoigner, le désintérêt et l’indifférence face à la chose publique ne peuvent que nuire à l’ensemble de la population et donc détériorer les conditions d’existence de tous les concitoyens.

Malgré cela, il faut aussi se poser la question comme énoncé plus haut, quelles sont les pratiques, les habitudes et les attitudes de nos élus qui décrédibilisent la politique et amenuisent son impact sur le peuple ?

Les raisons sont nombreuses, mais on peut en citer quelques unes :

La politique a été dévoyée de sa fonction naturelle, qui est de prendre les décisions qui s’imposent au moment ou elles s’imposent, avec comme unique objectif l’intérêt général et sans que des motivations électoralistes en arrière plan ne viennent entacher le processus décisionnel. L’exercice est très difficile, et les outils modernes de mesures statistiques de l’opinion, en un mot les sondages, paralysent toutes les velléités de réforme, car ces pseudos réformes visent toujours les mêmes catégories socio professionnelles, en l’occurrence les couches les plus fragiles, comme si le « progrès social » ne pouvait être obtenu qu’au détriment de celles et ceux qui possèdent le moins et qui se défendent le plus mal, en cela le concept de « lutte des classes » n’est pas caduque dans l’esprit des fanatiques ultra libéraux.

L’homme politique moderne est perçu, souvent à raison, comme une espèce d’équilibriste dont la motivation essentielle serait de ne pas déplaire à son électorat et de réfléchir constamment au moyen qu’il lui faudra mettre en œuvre pour assurer sa réélection.

La distance qui s’est installée entre la classe politique (ou médiatico-politique) et le peuple constitue une autre donnée importante du problème, pour citer l’inénarrable Raffarin, la « France d’en bas » ne se sent plus en adéquation avec « ses élites » :

La fameuse fracture sociale est loin d’être consolidée, au contraire elle se transforme en ligne de clivage politique dans le sens de l’appréhension du monde dans lequel nous vivons, depuis des années on répète aux électeurs qu’on veut faire leur bien et même malgré eux, et là on touche a un stade supérieur du mépris qui consiste a expliquer que l’individu lambda n’est pas capable de savoir ce qui est important et bénéfique pour son propre avenir et qu’i faut être pédagogue et patient pour expliquer telle ou telle mesure ; cette posture infantilisante qu’adopte les politiciens vis-à-vis de l’électeur est devenu un fait établi et récurrent , l’exemple le plus significatif en est le scrutin référendaire du 29 mai 2005, mais les municipales 2008 peuvent elles aussi faire figure d’exemple: le résultat global est un désaveu cinglant du sarko-populisme et pourtant la stratégie de communication multi facettes du président et de son gouvernement nous explique que le mécontentement provient du fait que les « réformes » ne vont pas assez vite!

Diantre , en quelques mois seulement les dégâts occasionnés et ceux annoncés Font frémir, où est donc passer le président du pouvoir d’achat et du parler vrai,

celui qui se voulait proche du peuple et qui une fois a l’Elysée remercie son électorat populaire en faisant un cadeau fiscal de près de 15 Milliards d’€ aux plus aisés.

Il voulait donner une image moderne et dynamique de la fonction présidentielle et il est devenu sa propre caricature, il a promis que Gandrange ne fermerait pas…et Gandrange va fermer!

Mais laissons là notre cher président, nous y reviendrons prochainement.

Pour en revenir a l’échelon local on peut aussi mettre en avant les méthodes clientélistes et communautaristes de nombreux élus qui épousent les convictions des uns et des autres en fonction de leurs auditoires et qui oublient bien souvent que les mots on le sens qu’on entend leur donner, d’où le sentiment de duplicité que ressentent beaucoup de nos concitoyens. Il faut repenser le pacte républicain qui lie l’élu a ses électeurs, faute de quoi, c’est la démocratie représentative qui en pâtira, car personne ne peut honnêtement arguer de sa légitimité s’il n’est élu que par une petite partie du corps électoral.

A suivre…

BENSAADA Mohamed

12



Bienvenue sur le blog du RC... |
Section du Parti socialiste... |
Le Nouveau Centre Montbard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MARS Centrafrique
| Bling-bang-blog du 6 mai
| Le vécu Algérien