Archive pour la Catégorie 'National'

Page 2 sur 2

2012 : pour un printemps des quartiers populaires !

amandierfleurs.jpg
« Nous rendons public cet
« appel à un printemps des quartiers populaires » ce 27 octobre, date de commémoration de la mort de Zyad et Bouna à Clichy-sous-Bois qui a marqué le début des révoltes de 2005. Notre préoccupation est d’amplifier et mutualiser ce qui, du local au national, exprime la légitimité de ces révoltes tout en s’attaquant à leurs causes profondes: les politiques d’un système en crise, qui cherchent à briser tout cadre de résistance collective et solidaire, notamment à diviser sur des bases islamophobes et xénophobes, pour se maintenir.
C’est avec l’objectif de réunir des forces éparpillées pour préparer ensemble un Printemps de la Dignité des Quartiers Populaires en 2012, que nous soutenons le Forum social des quartiers populaires (FSQP) et les Assises des luttes de l’immigration, qui se tiendront de façon coordonnées, respectivement à St Denis les 11-12 et à Créteil les 25-26 et 27 novembre, ainsi que toutes les initiatives ancrées dans la réalité des quartiers et qui aspirent à la convergence des luttes. »

Chacun le sait… ceux qui vivent dans les quartiers populaires, les femmes et les hommes, issus de l’immigration ou pas, souvent musulmans, noirs ou roms sont soumis à la ségrégation, au chômage, au racisme, et au contrôle policier au faciès – et ne trouvent dans les institutions et la vie politique aucun moyen d’exprimer leurs attentes et aspirations. Les oppressions et les résistances qui se tissent dans les banlieues, sont traitées en termes de problème sécuritaire ou de réactivation de l’« identité nationale » – les musulmans d’aujourd’hui étant de plus en plus stigmatisés comme les juifs d’hier. Quel journaliste, quel discours politique voudra prendre à bras le corps ces questions et dénoncer l’islamophobie sur les plateaux de télévision, faire le bilan de toutes les lois répressives contre l’immigration ? Qui confrontera les lectures sectaires de la laïcité et leurs projets liberticides à l’expérience quotidienne de leurs victimes et aux fondements juridiques des droits? Si la nécessité de combattre le racisme est évoquée, pour faire pièce à Marine Le Pen ou à Nicolas Sarkozy, rien n’est fait pour que la lutte contre la ségrégation urbaine, les discriminations raciales et la précarité, soit un axe fondamental de réponse aux exigences portées par les révoltes de 2005 dans les quartiers populaires.

La misère et les inégalités s’élargissent avec les crises financières et les pseudo plans de « sauvetage » détruisant sur leur passage emplois et acquis sociaux; les Etats renflouent les banques mais veulent supprimer les services publics et rendre les populations coupables et comptables de la crise ; le fossé se creuse entre les minorités privilégiées et la grande masse des populations de plus en plus précarisées, pendant que les puissances impériales poursuivent leur déploiement militaire, semant partout la désolation et la guerre.

Pour notre part, puisant notre énergie et notre inspiration dans la révolte des quartiers en 2005, dans les luttes pour l’égalité réelle, dans l’élan révolutionnaire des peuples du monde arabe et la lutte du peuple palestinien pour ses droits, dans les mobilisations exemplaires en Afrique, à Mayotte et celles des « Indignés » de la Grèce aux Etats-Unis, de l’Espagne au Chili, nous refusons de n’imaginer le futur que sous la forme d’une droite libérale, sécuritaire et raciste ou sous celle d’une gauche gestionnaire d’un ordre admis. Nous sommes convaincus qu’existent des alternatives au désastre. Tout un monde d’oppression n’en finit pas de s’écrouler sous nos yeux qui appelle des solutions radicales qui doivent s’imposer dans les débats et accompagner les prochaines présidentielles.

Nous sommes un regroupement de militants et de personnalités de gauche, d’associations des quartiers, d’organisations politiques ou syndicales anti-racistes et décoloniales, déterminés à forcer le débat notamment durant la campagne présidentielle. Nous voulons aider à l’action et l’expression des populations exclues de tels débats, femmes et hommes, et porter quatre préoccupations :
- contre le racisme, en premier lieu le racisme d’Etat, l’islamophobie, la surexploitation, le harcèlement et l’expulsion des sans papiers ; contre les inégalités, la ségrégation urbaine – en nous revendiquant des droits égalitaires ;
- contre les violences institutionnelles de la police, de la justice, et, de l’école au Pôle Emploi, pour l’invention d’institutions démocratiques au service de toutes et tous ;
- contre les politiques libérales porteuses de la crise économique, en défense des droits sociaux fondamentaux ;
- contre les rapports de domination internationaux et néo-coloniaux en particulier en Palestine et en Afrique ou dans les DOM-TOM, en soutien aux exigences portées par les processus révolutionnaires en cours.

Cette dynamique « commence » le 27 octobre, jour anniversaire de la révolte de 2005.

pour signer l’appel :
2012 : pour un printemps des quartiers populaires !

Premiers signataires

Mohammad AKBAR, travailleur social, militant associatif, Mulhouse
Eve ALDRIDGE, Limousin
Zahra ALI, doctorante en sociologie, Al Houda,CEPT, Rennes
Sylvette AMESTOY, Maire adjointe Courdimanche 95, élue EELV
Omar ALSOUMI, ex Pt Génération Palestine GP
Houssen AMODE, retraité, St Denis, La Réunion
Mouloud AOUNIT, militant anti-raciste
Janie ARNEGUY, militante associative, Les Alternatifs, DNSI
Siham ANDAlOUCI, Militante associative, Lille
AXIOM, rappeur, Lille
Laziza BAKKALI AJC’REVé, Avignon
Alain BALTHAZARD, adhérent EELV 95
Stefan BEKIER, Interprète de conférence, NPA 95
Adda BEKKOUCHE,juriste, militant associatif, Colombes 92
Nora BENAMEUR, AJC’REVé, Avignon
Tarek BEN HIBA, militant associatif ancien conseiller régional Ile-de-France
Sarah BENICHOU, MTE, DNSI, NPA 75
Mohamed BENSAADA, Quartiers Nord/Quartiers Forts » QNQF- Marseille
Jean-Christophe BERCHE, Educateur en prévention, Nancy – NPA 54
Thierry BONHOMME, NPA 54 Sud
Martine BOUDET,enseignante, Attac, Toulouse
Alima BOUMEDIENE-THIERY, juriste, responsable associative, ex-parlementaire, Paris
Mahmoud BOURRASSI, Militant associatif Ile-de-France, CMF
Youssef BOUSSOUMAH, militant du PIR, Clichy la Garenne
Houria BOUTELDJA, PIR
Jean BRAFMAN, ancien conseiller régional, FASE
Youcef BRAKNI, militant associatif Bagnolet,PIR
François BRUN, DNSI, NPA75
Claude CALAME, historien, EHESS, ATTAC, LDH, NPA 75
Khadija CASSAM, professeur d’université, St Pierre, La Réunion
Fathia CHAARI, militante féministe
Malika-Sandrine CHARLEMAGNE, militante associative, Paris
Antoine CHAUVEL, Génération Palestine, NPA Le Mans
Nouh CHEBBAÏ, militant associatif, Paris
Mouhieddine CHERBIB (FTCR)
Mamode CHOTIA, Professeur de Lycée, Tampon, La Réunion
Ismahane CHOUDER (CFPE, MTE, PSM),
Marie-Pascale COUTTAUSSE (éducatrice spécialisée, militante associative, Toulouse)
Marie COSNAY (écrivain, enseignante)
Monique CRINON (CFPE, MTE, Cedetim),
Philippe CORCUFF (enseignant-chercheur en sciences politiques, Lyon, altermondialiste)
Thomas COUTROT (économiste, militant associatif)
Nadir DENDOUNE, journaliste et écrivain
Kamel DJELLAL (MJCiqp),
Bernard DREANO, Cedetim (centre d’études d’initiatives de
solidarité internationale)
Driss ELKERCHY (Pt ATMF),
Abdallah EL MARBATI (association parents d’élèves Argenteuil)
Abdelkhalek ELMODEN (responsable associatif, Bagneux)
Fadila EL MIRI, militante associative, Marseille
Nabil ENNASRI (Pt CMF),
Mireille FANON- MENDES-FRANCE (membre de la fondation Franz Fanon)
Sonia FAYMAN (UJFP)
Adil FAJRY (animateur territorial militant associatif et politique au NPA)
Patrick FARBIAZ, Sortir du Colonialisme
Gisèle FELHENDLER, Sortir du Colonialisme, NPA 75
Amaël FRANCOIS, Ehess/Sciences Po, ex porte-parole SUD Etudiant, NPA.
Véronique GALLAIS, socio-économiste, membre du CS d’Attac 75
Vanina GIUDICELLI, commission anti-raciste du NPA, DNSI, Montreuil, 93,
Serge GUICHARD, PCF, Association de solidarité en Essonne aux familles Roms
Hamé, du groupe LA RUMEUR
Fouzia HAMHAMI, ATMF, Argenteuil
Moustafa HASSANALY, directeur de société, St Denis, La réunion
Omar HATIA, retraité Education nationale, Tampon, La Réunion
Françoise HICKEL, éducatrice PJJ, Montreuil-sous-bois, 93
Iqbal INGAR, Gérant de société, St Denis, La Réunion
Amode ISMAE DAOUDJEE, Mèdecin, St Pierre, La Réunion
Sulliman ISSOP,journaliste, St Pierre, La Réunion
Aïcha JABRANE, Prte de l’observatoire de la diversité, membre du conseil fédéral d’EELV
Abdoul KASSOU, retraité, St Denis, La Réunion
Marie-Céline KASSOU, retraitée, St Denis, La Réunion
Sarah KASSOU, fonctionnaire, St Denis, La Réunion
Virginie LAGHRIB, Al Houda, Rennes
Jean-Marc LAMARRE, enseignant-chercheur en sciences de l’éducation à Nantes, NPA 72
Chamous LARISSE, Al Houda, MTE, CFPE,
Catherine LEBRUN, syndicaliste
Olivier LE COUR GRANDMAISON, historien,DNSI
Laurent LEVY, essayiste, CEPT
Elisabeth LONGUENESSE, sociologue
Karim LOUCHENE, CMF, Lyon
Bernard MACKALAND, La Martinique
Yamin MAKRI, Editeur, militant associatif, Lyon
Abdoul Kader MAMOODJEE, Employé de commerce, Tampon, La Réunion
Chaïda MAMOODJEE, Adjointe administrative, Tampon, La Réunion
Réhane MAMOODJEE, technicien, Le Port, La Réunion
Mohamed MAOIHIBOU, Agent territorial, Le Port, La Réunion
Béatrice MARTIN, Al Houda, Rennes
Marwan MUHAMMAD, Foul Express
Gustave MASSIAH, économiste, CMIL -cercle migrations et libertés
Odile MAURIN, militante associative du champ du handicap, Toulouse
Lisette M’BAIREH, PIR
Sofiane MEZZIANI, Lille, Pt Citoyens de la réforme, CMF,
Younous MOGALIA, Employé de commerce, St Denis, La Réunion
Rosa Mollet, Lille
Bénédicte MONVILLE-De CECCO, anthropologue/enseignante
Salim MOTARA, Directeur de département, St Denis, Réunion
Sonia MOUSSAOUI, CFPE, étudiante, St Etienne,
Danièle OBONO, militante antiraciste et altermondialiste
Laurent OTT, philosophe, Association Intermèdes, Robinson
Abdoul Rahman PATEL, chef d’entreprise, St Louis, La Réunion
Anis PATEL, étudiant, Tampon, La Réunion
Anwar PATEL, fonctionnaire territorial, Tampon, La Réunion
Nazir PATEL, professeur de Lycée, Tampon, La Réunion
Nazemir PATEL, professeur de lycée, Tampon, La Réunion
Jan PAUWELS, infirmier, syndicaliste, MRAP, NPA, Lille
Ndella PAYE, CFPE, MTE, PSM
Denis POULAIN, enseignant,Réseau de vigilance citoyenne, NPA La Rochelle
Marc PRUNIER, syndicaliste, Conseiller Municipal 94, militant solidarité « Palestine », NPA
Yves QUINTAL, directeur d’école, association egalité toulouse mirail 31
Tariq RAMADAN, universaire
Sonia RABAHI, enseignante 93
Ali RAHNI, membre EELV, CMF
Julien RIVOIRE, Militant solidarité palestine
Marguerite ROLLINDE, militante associative 93,
André ROSEVEGUE,co- Prt de l’UJFP
Jean-Marc ROUILLAN, écrivain, NPA Marseille
Khaled ROUMO, auteur et poète, Paris
Farah SADAOUI, Génération Palestine, Saint-Denis (93)
SAÏDOU, rappeur, ZEP – MAP
Harbia SAIFI, Réflexion13, Marseille
Catherine SAMARY, économiste, CFPE, MTE, NPA, altermondialiste
Miguel SEGUI, Animateur de quartier NPA 92
Geneviève SELLIER, Professeure en études cinématographique – Bordeaux 3
Michèle SIBONY, co-pte de l’UJFP
Pablo SEBAN, collectif Générations Spontanées, Toulouse),
Omar SLAOUTI, Militant associatif 95, NPA
SKALPEL, rappeur, Collectif bboykonsiant, Paris
Djamila SONZONI, élue Europe Ecologie les Verts
Saléha SOVEL, ajointe administrative, St Denis, La Réunion
Pierre STAMBUL, UJFP, Marseille
Romain TELLIEZ, Universitaire, Aulnay-sous-Bois (93)
Martine TESSARD, enseignante retraitée, militante auprès des Sans Papiers, NPA Paris Centre
Emmanuel TERRAY, anthropologue
Pierre TEVANIAN, MTE, LMSI
Gerard Trainoir, enseignant et adhérent EELV, Argenteuil
Fayzal VALY, Imam, La Réunion
Georges VEYET, retraité, militant altermondialiste, Grenoble
Dominique VIDAL, historien et journaliste
Abdel ZAHIRI, AJC’REVé, Avignon
Saâd ZOUITEN, Comité La Courneuve-Palestine

Associations, collectifs, organisations politiques ou syndicales

Association Ensemble à Bagnolet, Al Houda (association des Femmes musulmanes de Rennes), Association REDA (Réflexion, Echanges et Débats en Alsace) ; AJC’REV (Agir pour la justice contre le racisme, l’exclusion et la violence), Avignon ; Collectif Générations Spontanées contre le racisme et l’islamophobie (Toulouse), Citoyens de la réforme, Lille ; D’ailleurs Nous Sommes d’Ici (DNSI), Melun ; Groupe Frantz Fanon Bagnolet ; Quartiers Nord-Quartiers Forts (QNQF) Marseille ; L’Art de la Paix – Bagnolet ;

Association des Marocains en France (AMF), Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF), Collectif des Musulmans de France (CMF), Fédérations des Associations de Solidarité avec les Travailleurs/leuses Immigré.e.s (FASTI) ; Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux Rives (FTCR), Fondation Franz Fanon, Nouveau parti anti-capitaliste (NPA), Parti des Indigènes de la république (PIR), Union juive française pour la paix (UJFP)

Goncourt 2010 ou l’Islamophobie consacrée.

 

Les apparitions télévisuelles de Mr Houellebecq peuvent prêter à confusion, en le voyant disserter paisiblement face à ses interlocuteurs, très complaisants au demeurant, on garde l’image d’un drôle de Dandy des temps modernes, décalé, nonchalant, sociopathe sur les bords et puissamment soporifique . Rien de bien dangereux, ni de très subversif en soi. Pourtant, il faut lire et écouter ce que dit cet étrange bonhomme mal fagoté, derrière sa lipothymie de façade, le discours du lauréat 2010 du Goncourt est extrêmement brutal, plus que réactionnaire et fondamentalement raciste ! Dans une interview donnée au magazine Lire datant de septembre 2001, ce dernier déclarait sans ambages :  « La religion la plus con, c’est quand même l’Islam. Quand on lit le Coran, on est effondré…effondré. ». Nous ne lui ferons pas de procès d’intentions en disant que la narration fictionnelle qu’il utilise dans ses romans traduit le fond de sa pensée, non nous le dirons pas même s’il dit lui même que chacun de ses livres est une part de sa biographie. Dans plusieurs romans écrit par le chantre du Name- droping, celui ci (par le biais de ses personnages) se livre à des diatribes violemment raciste à l’encontre des arabes, ou plutôt des musulmans, parce que comme beaucoup d’autres Mr Houellebecq n’a rien contre les arabes, mais déteste les musulmans, pas pour ce qu’ils sont mais pour leur religion. Ce raisonnement astucieux permet de ne pas tomber sous le coup de la loi, de devenir la victime des intégristes et le défenseur des libertés, de conserver intacte sa respectabilité et par la même de se forger un succès à bon compte et sur le dos de celles et ceux qu’il injurie et qu’il méprise. Bien sûr cet écrivain, à l’instar d’un G.J.Dantec, distille le venin idéologique du choc des civilisations et affirme clairement l’incompatibilité de l’Islam et des musulmans avec les exigences de la modernité. Ces auteurs ont bien compris l’utilisation des médias et la manne providentielle que représentait le créneau de l’Islamophobie littéraire, parce qu’elle rapporte et elle ne nécessite aucun talent réel, ni même une dose de courage, car aujourd’hui en France et ailleurs rien n’est plus facile que de cracher sur les musulmans et de jouer sur la peur et les phantasmes haineux. Au delà de Houellebecq et de ses frasques auxquelles nous sommes relativement habitués, c’est la décision du Jury du Goncourt qui nous émeut parce qu’elle entérine le fait qu’être islamophobe n’est pas rédhibitoire et ne disqualifie pas les auteurs qui le sont ! C’est une grande avancée pour le Racisme dans ce pays et les inconscients et hypocrites membres de ce Jury ne savent pas à quel point il vont décomplexer (si besoin était) la nébuleuse xénophobe, qui jubile à chaque signe favorable que les autorités politiques, économiques ou intellectuelles peuvent lui envoyer. S’il n’était question que de littérature et que nous étions en 1938 ce même jury aurait a coup sur donné le prix à Céline, malgré son « Bagatelles pour un massacre » ou « L’école des cadavres ». Sachant que Céline était un immense écrivain, mais qu’il était aussi une ordure antisémite .Houellebecq lui, n’est que l’auteur de sa propre psychologie décalée, de sa pornographie onaniste et de ses obsessions racialistes. Cette décision est regrettable et elle vient se ranger dans la grande armoire de l’éternel dilemme littéraire entre la forme et le fond, un écrivain est t’il seulement un écrivain ? Son engagement, ses actes, ses opinions comptent t’elles ou pas. Le Jury du Goncourt 2010 a tranché, même les gros Rastos ont droit au Goncourt !!! Qu’a cela ne tienne nous n’achèterons pas ce minable navet et puisque la trivialité n’effarouche plus personne, les militants que nous sommes emmerdent le Jury et celui qu’ils ont récompensé de sa médiocrité ! Pardon, restons nous aussi littéraire, les militants que nous sommes vous conchient !
 
Mohamed Bensaada pour QNQF

Manif du 16 Octobre 2010 (video)

http://www.dailymotion.com/video/xfc3vf

SARKO BESSON HORTEFEUX

SARKO BESSON HORTEFEUX   10 BONNES RAISONS DE DIRE NON !  1 – Non aux expulsions en raison de l’origine ethnique ! 

Nous refusons et dénonçons l’existence de fichiers ethniques. Les expulsions de Roms sont l’exemple inquiétant d’une discrimination ethnique. 

2 – Non à la stigmatisation  des pauvres et des gens du voyage ! 

Expulsions des étrangers, répression de la mendicité, habitants des logements insalubres et des squats jetés à la rue, stigmatisation des gens du voyage, pénalisation des parents en difficulté… 

3 – Non à l’instauration de deux catégories de  nationaux ! 

En prévoyant la déchéance de nationalité pour les français de « papier » et non ceux de « souche », ce projet de loi crée de fait deux catégories de français traités différemment. 

4 – Non à l’amalgame “immigration-délinquance”, repris de l’extrême-droite ! 

Cela se traduit notamment par le placement sous surveillance électronique des étrangers en instance d’éloignement. 

5 – Non à la banalisation de l’enfermement ! 

Le projet augmente la durée maximale de la rétention administrative des étrangers de 32 jours à 45 jours. 

6 – Non aux restrictions du contrôle du juge sur les mesures privatives de liberté ! 

La  rétention sera plus longue  avant d’être présenté à un juge des Libertés : 5 jours au lieu de 48 h. le Juge  voit son pouvoir de contrôle réduit. 

7 – Non à la justice à la chaîne et au rabais pour les étrangers ! 

Par la généralisation du juge unique au lieu de la formation collégiale dans les tribunaux administratifs sur les questions de droit au séjour. 

8 – Non à l’atteinte au droit d’asile ! 

Les zones d’attente (qui n’est pas tout à fait le territoire français) seront extensibles et pourront être déclarées partout où cela arrange l’administration. 

9 – Non à la remise en cause du droit à la santé ! 

En supprimant la possibilité de se faire soigner aux migrants sans papiers, ce projet de loi mettra en danger les étrangers malades et portera atteinte à la santé publique. 

10 – Non à la création d’une mesure  interdisant le retour ! 

Désormais, les décisions administratives pourront aussi prévoir une interdiction de revenir en France pendant une période de 2 à 5 ans. 

 

« C’est mon devoir de parlementaire et d’homme de voter contre. Quand le droit des étrangers devient un droit d’exception, c’est le Droit tout court qui régresse« . Etienne Pinte député UMP. 

 

Le projet BESSON réduit nos libertés, nous pouvons ensemble empêcher sa mise en œuvre. 

 

MANIFESTATION SAMEDI 16 OCTOBRE À 10 HEURES 

ROND POINT DE SAINTE MARTHE 14ème (bus 34 – Mac Do) 

 

PREMIERS SIGNATAIRES : CIMADE ; LDH ;  CRAP ; QNQF ; SAF ; RESF ; CCFD-Terre solidaire Mlle ; FSU ; Résister aujourd’hui ; PG ; PCF ; NPA ; ABP ; les VERTS 13 ; Rouges Vifs ; Mille Bâbords ; UDCSF 13 ; MRAP ;…/…

Manif: « Face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité » 4 Septembre 2010

 

Racisme, division, régression sociale les 4 et 7 septembre tous dans la rue !!

Du Racisme Ordinaire au Racisme d’Etat.

Depuis des décennies des individus, des associations, des syndicats et des organisations politiques se mobilisent contre le racisme dangereusement qualifié d’ordinaire. Depuis les années 70 et l’époque des ratonnades la xénophobie est une réalité difficilement quantifiable mais pourtant omniprésente dans le quotidien de millions de nos concitoyens. Les discriminations à l’emploi, au logement, l’inégal accès à l’éducation, à la santé, à la culture et aux services publics ont finit par inscrire dans l’inconscient collectif le Séparatisme social Français comme une norme acceptable. Cette évolution s’est faite au gré d’une instrumentalisation de l’actualité et d’une situation internationale de moins en moins propice au dialogue des peuples et aux valeurs positives du « vivre ensemble ».

Le Métro St Michel, le 11 Septembre, les sifflets du Stade de France, Le Pen au deuxième tour de la présidentielle ont finit par faire sauter les verrous et tous les gardes fous intellectuels qui nous protégeaient collectivement des discours populistes et ouvertement racialistes.

En difficulté pour justifier les attaques contre les droits sociaux,

le gouvernement utilise le paravent du racisme !

La mise au pas de l’économie planétaire à l’ordre ultra libéral et les conséquences des différentes crises sociétales (crise économique, sociale et environnementale) auxquelles nous faisons face, justifient aux yeux du gouvernement le durcissement de la politique d’immigration et la stigmatisation d’une partie importante de la population. La philosophie et la sociologie de comptoir étant désormais utilisées officiellement comme base de la réflexion gouvernementale, nous assistons à une dérive raciste dans les mots et dans les actes politiques. Les Arabes et les Noirs sont les cibles privilégiées de ces attaques et les récentes déclarations concernant la possible déchéance de la nationalité le confirment. La relation entre insécurité et immigration déjà établie par l’existence d’un odieux Ministère de l’Immigration et de l’identité Nationale va aussi dans ce sens. La porosité idéologique entre le FN et le gouvernement est évidente et elle tend progressivement à rétablir le Racisme comme une opinion, alors que jusqu’à preuve du contraire le Racisme reste un délit ! L’acharnement sécuritaire et l’entêtement de Mr Sarkozy et de ses exécutants à faire du « tout répressif » l’unique relation des autorités avec les Quartiers Populaires, entretiennent un climat de guerre civile dans le but d’obtenir sur le dos des Quartiers en difficultés, un semblant de concorde nationale. Nous ne sommes pas dupes de ces manœuvres ! Le traitement de l’immigration et la politique chiffrée des reconduites à la frontière sont une honte pour la France, et elle témoigne du grand délabrement moral d’une partie de nos responsables politiques.

Aujourd’hui, ce sont nos camarades Roms, Gitans et Manouches qui se retrouvent dans le collimateur médiatico-politique. Nous tenons à leur témoigner la solidarité des Quartiers populaires. Nous nous sentons humiliés par le traitement indigne qui leur est fait et la manière dont certains tentent de faire croire que le problème des Roms est culturel et que leur mode de vie ne peut trouver sa place dans notre société, on fait déjà ce grief à d’autres populations, pourtant sédentaires, qui vivent dans ce pays ! Tous ces contrefeux et ces écrans de fumées ne nous détournerons pas des réelles préoccupations de nos concitoyens, parce qu’ils n’ont pour but que de masquer l’échec global de la politique de Sarkozy et ses responsabilités ! La faillite morale et politique de ce gouvernement est patente, la Racaille n’est pas forcément dans nos banlieues, les voleurs de poules ne sont pas forcément dans des caravanes. Ils portent parfois des costumes, des cravates, occupent des fonctions importantes, voyagent dans des jets sur le dos des contribuables et fument des quantités astronomiques de cigares, font parfois des erreurs dans leurs déclarations d’impôts et accessoirement dinent avec ostentation au Fouquet’s…

Habitants des Quartiers Populaires, le 4 septembre 2010, à l’appel d’un collectif d’associations « Face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité » nous vous invitons à vous mobiliser en nombre, et à rejoindre le cortège de protestation contre le Racisme d’Etat et à dire Non aux discriminations ! Non à la Stigmatisation ! Non aux Expulsions ! Habitants des Quartiers Populaires, il en va de notre dignité et de notre qualité de citoyen et d’être humain. Nous voulons que les choses changent pour nous et nos enfants, soyons solidaires de celles et ceux que l’on méprise et que l’on opprime ! Battons-nous pour l’égalité des droits, pour une société solidaire apportant à chacun la sécurité sociale dont il a besoin dans l’emploi, le logement, la santé, la protection. Restons mobilisés ! Rejoignez le Collectif de Réflexion et d’Action Populaire

C.R.A.P (Quartiers Nord/Quartiers Forts, Rouge Vif, Génération Palestine, NPA 13, PIR 13, PG 13, A Vote Service, Comores-Mag, AFMA, L’Écueil,

 Résistance Marseille, PCF 14ème, « Mieux Vivre à la Simiane », CSF – Les flamants …)

Communiqué QNQF, coupe du monde et EDF.

Par le truchement de la voix des hérauts habituels de la Réaction, des nostalgiques de  l’ordre de la famille et de la patrie que sont les Eric Zemmour et les Alain Finkielkraudt , la frange la plus radicale de l’opinion française se fait entendre et exprime avec jubilation le plaisir qu’elle éprouve à l’échec de l’équipe de France au Mondial. Pour cette clique d’intellectuels croyant souffrir du syndrome de Cassandre, l’équipe de France est la démonstration par les faits de toute leur fantasmagorie haineuse et ils y projettent pèle mêle leurs analyses outrancières, leurs préjugés et la somme des raccourcis idéologiques qui les définit.  L’EDF n’est pas plus représentative de la société française que ne le sont l’assemblée nationale ou le sénat !!! Par contre QNQF tient à dénoncer la dérive ouvertement raciste des autorités politiques, médiatiques et sportives de ce pays. Les événements de la coupe du monde ne sont qu’un épiphénomène volontairement grossi et grossier, nous dénonçons également l’instrumentalisation  qui en est faite et nous mettons en garde les irresponsables qui veulent se servir de cette actualité pour creuser encore plus le fossé entre les différentes composantes de la société, le « vivre ensemble » commence toujours par une distanciation des faits. Ce n’est que du Foot et décréter la tenue d’états généraux de ce sport relève de  la mauvaise foi la plus absolue et d’une hiérarchisation des choses pour le moins baroque ! Nous ne sommes pas dupes de ce qui se joue et des raisons de cette dramaturgie forcée,  rappelons simplement que pour nous les mésaventures de l’EDF passent bien après la « réforme » des retraites, les affaires politico-financières , la crise sociale et environnementale, la situation des classes  populaires que l’on tente d’ostraciser un peu plus par le biais des joueurs de l’EDF, la montée de l’Islamophobie et de la négrophobie . Nous sommes conscient que l’équilibre et le retour à un débat normalisé ne dépend que de la capacité de mobilisation de toutes celles et ceux qui se sentent blessés par la bassesse de ce débat, la méchanceté gratuite et la médiocrité crasse des argumentaires qui appellent à un redressement moral du pays, à une exemplarité sélective et à la stigmatisation continue de l’Autre, l’étranger, la classe populaire, la classe dangereuse…Pétain n’en pensait pas moins !

QNQF

A nos Camarades, nos frères de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane et de la Réunion.

Un mois de lutte, de courage, de détermination, de sacrifice et le chemin est encore long pour faire entendre raison à ceux qui murés dans leur autisme décisionnaire ne répondent que par le mépris et l’indifférence a vos revendications légitimes !

Nous reprenons intégralement les paroles du communiqué unitaire du 11 février  auquel nous ajoutons que votre combat ne s’inscrit pas seulement dans le cadre de la simple lutte contre la vie chère, les bas salaires, les licenciements et le chômage, il est la continuité d’une longue tradition de lutte pour le respect et la dignité du droit des peuples ! Lorsque les quartiers populaires de la métropole s’enflamment on parle de malaise des banlieues et d’émeutes « ethniques », lorsque la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et la Réunion se soulèvent on tente de minimiser la portée  de la mobilisation et l’épaisseur du discours des manifestants en insistant sur le particularisme insulaire.

Sachez, que nous ne sommes pas dupes de ces basses manœuvres et que nous sommes solidaires de votre lutte qui est aussi la notre !

Camarades, frères et sœurs Guadeloupéens, Martiniquais, Guyanais et Réunionnais les quartiers populaires de France et d’ailleurs sont debout avec vous !

Quartiers Nord – Quartiers Forts

Manifeste pour l’égalité réelle.

  OUI    NOUS   POUVONS! 

discrimination.jpg

« L ‘élection de Barack Obama éclaire par un contraste cruel les manquements de la République française et l’écart qui nous sépare d’un pays dont les citoyens ont su dépasser la question raciale et élire pour président un homme qui se trouve être noir. L’Amérique a confirmé la validité d’un modèle démocratique fondé sur l’équité et la diversité. Quelle leçon! Nous autres Français, qui revendiquons notre universalisme pour faire pièce à cette diversité, devons bien écouter celle-ci. En négligeant sa propre diversité, la France désespère une large frange de sa jeunesse et l’empêche d’être fière de son pays. Nous sentons partout la crispation identitaire, des sifflements de La Marseillaise aux rappels à l’ordre civique qui restent vains et incompris. l ne faut pas s’étonner que la popularité d’Obama soit si forte ici : elle témoigne des aspirations de tous les enfants de la République, qui vivent par procuration une reconnaissance que la France ne leur donne pas. Elle trahit aussi la mauvaise foi de ceux qui saluent la victoire de la modernité hors de nos frontières, pour tolérer ici le statu quo. Pou rtant, la société française est l’une des plus métissées du monde. Mais quelle conception de l’homme faut-il se faire pour accepter que l’élite économique, politique, sociale y reste une chasse gardée ? Les pays qui réussissent à promouvoir l’égalité et la justice, ceux-là seuls auront leur place dans la mondialisation des hommes et des idées. Les autres sont condamnés à devenir des provinces de la démocratie, rétrogrades, décalées, hors du coup. Pour en sortir, nous avons besoin de politiques résolument volontaristes pour l’équité et la diversité. Il ne suffit pas de proclamer l’égalité pour la faire advenir : c’est un processus de longue haleine et non pas spontané, que nous avons le devoir et l’intérêt d’engager. 

Les Etats-Unis ont engagé en leur temps des actions positives qui ont fait émerger une classe moyenne noire qui a été l’antichambre de l’élite. Sans doute faut-il les adapter au contexte français. Mais nous en avons tant besoin ! La France est fatiguée des médiateurs, des organismes aux dénominations tonitruantes, des actes symboliques et des déclarations formelles. 

Avec l’arrivée d’Obama, on ne pourra plus faire très longtemps le coup de la diversité ennemie du mérite, ni justifier l’injustice par le principe d’égalité. Nous, acteurs de la vie publique, Français et Françaises de bonne volonté, soucieux de la promesse démocratique de notre pays, désireux de restaurer une conscience civique authentique, demandons la mise en œuvre  effective d’un programme minimal pour l’égalité réelle: Engager des politiques publiques qui combattent les conséquences sociales des discriminations. Systématiser les politiques volontaristes de réussite éducative et la promotion des talents dans les quartiers populaires. Promouvoir des politiques urbaines qui permettent de réaliser la diversité sociale et de peuplement.  Inciter fortement les employeurs et le premier d’entre eux, l’Etat, à mettre en place des politiques de promotion de la diversité, fondées sur l’obligation de résultat. Limiter les mandats électoraux pour forcer le renouvellement du monde politique. Soumettre les partis politiques à un pacte national de la diversité et organiser un Grenelle de l’égalité réelle et de la diversité. » 

Par Yazid Sabeg – Edition du JDD du 08/11/08.

 Bien entendu nous signons ce manifeste sans restriction; Pour autant nous insistons sur l’absolu nécessité d’un engagement contractuel sans réserve de l’état et des principaux acteurs politique du pays. Sans la ferme volonté politique des  responsables de tous bords  (à l’intérieur de la sphère démocratique) de vouloir changer les choses cet appel peut très vite retomber dans l’oubli et n’être que le symbole d’une initiative condamnée d’avance par toutes celles et ceux qui détiennent le pouvoir décisionnaire:  L’idée du grenelle est intéressante à condition que les conclusions dudit grenelle soit suivies d’effet et immédiatement soumises à l’examen de nos deux chambres parlementaires, de la sorte nous saurons rapidement si nos élites politiques sont prêtes à agir dans le bon sens ou si encore une fois comme pour d’autres« grenelles » et consultations il faudra encore repasser par les sempiternels atermoiements, diatribes exaltées et vaines polémiques dans lesquels beaucoup de nos représentants excellent! Osons les mots, il y’a une crise de plus dans notre pays qui s’ajoute aux autres, crise de la représentativité nationale, et les mots ne suffiront plus à masquer cette insalubrité démocratique! Il faut légiférer pour rétablir un semblant d’égalité républicaine…c’est le sens de l’histoire, l’élection d’Obama en atteste! Mesdames et Messieurs les députés et sénateurs après les beaux discours nous saurons vite où sont les progressistes et où se trouve la frilosité et le conservatisme sclérosé.           BM      

12



Bienvenue sur le blog du RC... |
Section du Parti socialiste... |
Le Nouveau Centre Montbard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MARS Centrafrique
| Bling-bang-blog du 6 mai
| Le vécu Algérien