Gaza, au delà des chiffres et des mots.

1110 victimes palestiniennes, dont 90% de civils; 6550 blessés, 180000 déplacés et à l’heure ou j’écris 53 morts israéliens dont 3 civils. Si l’on recule la perspective et que l’on replace ces massacres dans le contexte plus global de l’agression israélienne sur la bande de Gaza il faut rajouter les chiffres suivants: 7 ans de blocus, plus de 2500 morts coté palestinien, des sanctions économiques, politiques et militaires collectives infligées aux Gazaouis, ce qui au regard du droit international est considéré comme un crime de guerre.

A ce stade du conflit les chiffres sont absurdes, mais plus absurdes encore sont les “excuses” du gouvernement israélien qui continue à parler de “frappes chirurgicales” alors qu’il sait pertinemment que ce terme complaisamment repris par des médias propagandistes est un mythe. Mythe qui, en ce qui concerne la bande de Gaza, confine au ridicule sachant que ce territoire de moins de 400 Km² compte une population de plus de 1,7 millions d’habitants, soit une densité de 4250 habitants au Km². L’une des plus élevée au monde. L’état major israélien ne peut pas ignorer ces paramètres et ne peut se départir de sa lourde responsabilité dans l’étendue du désastre civil et des fameux “dommages collatéraux”.
Tout ça ne tient qu’a la moralité ou plutôt à l’immoralité des responsables politiques et militaires. Le gouvernement israélien est moralement corrompu et ne compte pas en son sein de visionnaires, d’hommes ou de femmes encore capables de faire des concessions et de rechercher une solution politique! Quel que soit l’état d’indigence de l’autorité palestinienne on ne peut pas lui faire le reproche de ne pas avoir fait les efforts demandés par la communauté internationale. On ne peut pas lui faire le reproche de n’avoir pas répondu en temps et en heure aux exigences du dialogue et de la mise en place du processus de paix. La reconnaissance d’Israël, la démilitarisation du Fatah…en contrepartie de quoi??? Quid de la décolonisation? Quid du retour des réfugiés? Quid des prisonniers politiques palestiniens???
En réalité, Israël ne veut pas la paix! Et c’est en toute conscience et en toute lucidité que j’écris ces mots. La stratégie, de longue date, de l’état hébreu est de maintenir en permanence un conflit de “basse intensité” dans la région; un conflit qui alterne entre périodes d’accalmies et pics de violences aveugles et d’agressions disproportionnées! Cette tension permanente imposant un “status quo” favorables aux israéliens, dans la logique inexorable du “fait accompli”. Aussi, dans l’optique des responsables israéliens cet état de fait peut se traduire ainsi: Puisqu’il n’y a pas de “négociation ou d’accord nous continuons le blocus, les spoliations, les frustrations et les humiliations collectives. Systématiquement Israël récuse les interlocuteurs palestiniens successifs ( Fatah, FPLP, FDLP, OLP et aujourd’hui Hamas) pour continuer sa guerre coloniale! Ce sont d’une part les contingences politiques internes d’Israël et les enjeux géopolitiques d’autre part qui imposent la rythmique macabre de cette tragédie! Les histoires de défense des citoyens et du territoire israélien ne sont que des prétextes pour occulter un plan de conquête de Gaza, L’évacuation des colons de Gaza peut, à l’aune des opérations militaires israéliennes qui s’ensuivirent, être lue, non pas comme un signe de bonne volonté mais plutôt comme une précaution pour protéger les colons des bombardements à venir et laisser une plus grande marge de manœuvre à l’armée d’occupation israélienne. Parce qu’il faut aussi décrypter cette succession d’opérations militaires pour ce qu’elles sont: une tentative d’annexion pure et simple de la bande de Gaza. Les ressources en gaz et en pétrole au large de Gaza “valent” bien ces milliers de morts, dans la conception ultracynique que se fait du conflit le gouvernement de coalition Israëlien. Coalition largement dominée par la droite et l’extrême droite israélienne ( Likoud et Israël Beytenou…). Rappel qui n’est pas vain si l’on veut honnêtement comprendre que la société israélienne à abandonné tout espoir d’une paix “juste et durable” en mettant au pouvoir des dirigeants qui n’ont comme perspective que l’annihilation de la Palestine.

Pour ne pas être trop long et éviter les redites que d’autres dans leurs billets auront largement évoquées, je vais articuler la suite de mon papier en 6 points qu’il me semble utile d’aborder. Au delà de l’émotion, de la douleur et de la compassion naturelle que nous éprouvons à l’égard de toutes les victimes, il y’a des arguments, des postures, des mensonges qui ne deviennent pas vérités à force d’être répétés et des décisions ou des indécisions politiques autour desquels le débat citoyen est nécessaire.

1- Dos à Dos???

c’est un réflexe que de renvoyer dos à dos les protagonistes de ce conflit. Un réflexe creux, facile, démagogique et qui dénote au mieux une méconnaissance totale de la question, au pire une malhonnêteté intellectuelle criminelle! Peut on parler de guerre? Peut on parler de conflit? Peut on parler d’Israël contre le Hamas? La réponse à toutes ces questions est Non, Non et encore Non! Si l’on parle de massacre et de crimes de guerre nous nous rapprochons de la réalité. Il suffit de faire un rapide état des lieux des “forces” en présence: d’un coté un état libre, souverain, soutenu par les USA et l’UE, doté d’une armée professionnelle de plusieurs dizaines de milliers d’hommes, pouvant compter sur la mobilisation quasi instantanée de centaines de milliers de réservistes. Une armée lourdement équipée de chars, de bulldozers, d’hélicoptères, d’avions, de bateaux de guerre, de drones, de missiles conventionnels et non conventionnels (chimique, phosphore blanc etc.), de moyens de communications et de propagande “high tech”, d’un mur de séparation, de miradors et d’un bouclier antimissiles et anti-roquettes quasi impénétrable (Iron Dome). Une armée qui grâce à la générosité du contribuable américain et des consommateurs non averti de la planète se targue d’être la 3ème ou la 4ème au monde!
En face un mouvement, le Hamas, qui au delà de sa couleur politique et de la nécessaire réactualisation de son discours et de sa charte, n’en demeure pas moins un mouvement palestinien de résistance nationale…et c’est ainsi qu’il est perçu! Comment en serait il autrement puisqu’ Israël n’a eu de cesse de discréditer l’autorité palestinienne et les mouvements qui se sont déjà engagés dans les négociations politiques et diplomatiques avec l’état hébreu? Le Hamas et sa branche armée dont les effectifs ne peuvent rivaliser avec l’armée d’occupation. Le Hamas et son armement minimaliste au regard de l’arsenal israélien, le Hamas, ses roquettes Qassam artisanale et ses missiles Grad à la pointe de la technologie militaire au début des années 60. Le Hamas et sa communication incompréhensible pour le public occidental. Le Hamas et ses tunnels que l’état major israélien fait mine de découvrir. Ses tunnels par lesquels transitent des armes, mais surtout des vivres, des médicaments et qui permettent aux gazaouis de survivre à un blocus cruel, suffocant et interminable. Peut on à l’aune de ces considérations établir, de prés ou de loin, une quelconque symétrie?

2- Les imprécateurs, Les médias et le terrorisme intellectuel…

A dessein, dans le rapide inventaire de l’armement j’ai parlé des moyens de communication. Et dans ce domaine aussi Israël peut compter sur son”savoir faire”: les journalistes embarqués, qui au contact humain des troupes israéliennes qui les acceuillent, perdent toute objectivité, tout esprit d’indépendance! Des conférences de presse régulières, cadrées, policées dans lesquelles les prises de paroles sont préparées, chaque mot soupesé, chaque argument travaillé, analysé. Chaque élement de langage martelés pour imposer une sémantique et un cadre de débat polémique favorable aux intérêts israélien!
Que l’état major israélien soit dans la désinformation et la manipulation, c’est hélàs aussi son rôle. Mais que les médias “mainstream” soient à ce point serviles et acquis à la cause injuste de l’armée israélienne, est révélateur d’une dérive professionnelle inquiétante. Lorsque les bandeaux sur-incrustés au bas de l’écran des chaînes d’information continue reprennent dans leur intégralité les communiqués de l’armée israélienne, où est l’objectivité? où se trouve le travail journalistique de confrontation des versions et de recoupement des témoignages? Le gouvernement israëlien dispose aussi de “puissants relais intellectuels” partout où les opinions publiques comptentt. En France il y ‘a des figures tutélaires, soutiens indéfectibles aux exactions criminelles de Moshe Dayan ou d’Ariel Sharon, de Tsvi Pili ou de Benjamin Netanyahou. Parmi ces personnalités il y’a des philosophes sans concept, grandiloquents et futiles, emphatiques ad nauséam et prêts à toutes les compromissions morales et intellectuelles lorsqu’il s’agit de défendre Israël…quoiqu’Israël fasse! Il y’a aussi des académiciens agités et névrosés qui lisent la société française par le prisme unique de leur “fidélité” à l’état hébreu. Des intellectuels qui se complaisent dans les imprécations et les anathèmes lancés à la face de toutes celles et ceux qu’ils identifient comme pro palestiniens réels ou supposés. Des intellectuels qui accréditent et instrumentalisent la notion d’antisémitisme plongeant sciemment la société française dans l’inquiétude et la perplexité. Luttant contre une conception toute particulière du communautarisme en ne ciblant dans leurs diatribes que les arabo-musulmans. Des intellectuels qui travaillent quotidiennement à conforter le complexe de Massada plutôt que d’essayer d’apaiser le débat et tisser des passerelles pour expliquer qu’il ne s’agit pas d’un conflit religieux et que les juifs de France ont eux aussi le droit d’être du coté de la justice et du droit international! Des intellectuels qui justifient l’injustifiable, qui qualifient l’inqualifiable et qui soutiennent l’insoutenable!!! Qui osent, malgré le bilan hallucinant dresser des parallèles ignominieux entre les bombardements de Gaza et ceux de Dresde! L’histoire les jugera pour ce qu’ils ont été, pour ce qu’ils auront dit et écrit! Il contribuent en tout cas à l’hystérisation du débat et à la neutralisation des positions qui empêche toute recherche de compromis ou de solution.

3- Antisémitisme et cause palestinienne, la fausse équation!

Je fais partie avec mes camarades de ceux que l’on qualifie très rapidement de “pro-palestinien”, comme pour souligner la partialité de notre jugement et le peu de crédit à accorder à nos arguments. J’aimerais expliquer encore une fois à quel point les gens se leurrent en croyant à la thèse du conflit religieux. D’autres l’ont mieux dit et mieux expliqué que moi et il n’est pas utile d’être un spécialiste de l’histoire d’Israël ou de la Palestine pour comprendre rapidement que dès que l’on dépassionne le débat et qu’on aborde cliniquement, froidement les données de cet interminable conflit, une seule vérité tangible apparaît aux yeux de l’observateur: le continuum colonial. L’expropriation, la spoliation, l’annexion de territoires et la violence illégitime d’un état oppresseur à l’égard d’un peuple opprimé! Et c’est en ce sens que je me sent pro-palestinien, pas parce qu’ils sont arabes comme moi ou majoritairement musulmans comme moi! Mais plutôt à l’instar des millions de personnes qui manifestent pour le respect des droits des palestiniens, je ne peut supporter l’injustice et la violence contre des populations civiles. Je ne peux supporter ces images de mères qui pleurent et ces enfants assassinés! Et parce qu’a mes yeux il n’y a aucune cause, aucune peur, aucune raison politique qui puisse justifier la mort des innocents!!! J’ai pleuré et je pleure encore la mort de toutes les victimes du terrorisme qu’il soit le fait d’un individu comme à l’école Ozar-Attorah ou le fait d’un état comme à Gaza! Chaque enfant qui meure assassiné par la folie d’une idéologie ou la rage vengeresse d’un gouvernement est une défaite pour l’humanité! Chacune de ces vies fauchées est une damnation collective!
Et c’est en cela que la corrélation entre soutien à la Palestine et antisémitisme est malhonnête et sournoise!Les organisateurs et les militants se rassemblent sur la base de mots d’ordre clairs! Des mots d’ordre politique! Qui gênent le gouvernement français en le mettant face à ses responsabilités et qui gênent les extrémistes de tous bords parce que ces slogans ne laissent aucune place à l’équivoque! D’ailleurs il faut bien comprendre que dans ces cortèges il y’a des personnes de toutes les couleurs, de tout âges, de toutes obédiences; Des musulmans, des chrétiens, des athées, des bouddhistes, des animistes, des gens qui croient et d’autres pas, unis sous la bannière de la justice et du droit! Dans ces cortèges, n’en déplaise aux représentants auto-proclamés de la communauté juive de France, il y’a des juifs. Qui sont non seulement les bienvenus, mais qui sont de par leur présence et leur courage affiché, la définition même des mots Honneur de l’humanité!

4- La double allégeance des binationaux et le lien indéfectible à Israël…

Dans ce contexte hexagonal extrêmement tendu, il y’a toujours des irresponsables et des apprentis sorciers, toujours hélas! Mais paradoxalement c’est aujourd’hui au sommet de l’état français que se trouvent les boutefeux! Le communiqué de soutien sans nuance de l’Elysée à Netanyahou, invoquant le droit d’Israël à se défendre relevait d’une stupidité pathétique! Quel étrange urgence a poussée notre président actuel à encourager les criminels de guerre à redoubler d’effort dans leur oeuvre dévastatrice? Quelle réflexion inachevée à poussé notre désormais inénarrable François Hollande à dégainer aussi vite son soutien plein et entier à Israël sans un mot pour les victimes palestiniennes, sans un mot pour leur familles?
Mais pire encore les déclarations et les sermons de Monsieur Valls, qui en bon pompier pyromane accuse à tour de bras les manifestants d’importer le conflit dans nos rues. Endoctriné ou plutôt gouroutisé par les théories des imprécateurs dont j’ai déjà parlé plus haut, Monsieur le premier ministre de la République Française ne nous épargne aucun raccourci, aucun amalgame. Mélangeant allégrement la menace antisémite (pourtant clairement identifiée) aux manifestations de soutien au peuple de Gaza. Malaxant l’histoire à sa guise en nous faisant accroire que ces rassemblements citoyens et humanistes étaient peuplés de lecteurs assidus des thèses d’Edouard Drumont, d’afficionados de Charles Maurras ou d’adorateurs de Brasillach et de Céline… Comme en écho à la polémique putride soulevée récemment par la présidente du FN au sujet des binationaux Mr Valls désigne à la vindicte publique les tenants du “nouvel antisémitisme”. Et qui désigne t’il? La jeunesse des quartiers populaires majoritairement issue des immigrations post coloniales. Une jeunesse qu’il cible fréquemment, qu’il déteste apparemment et qu’il accable de tous les maux assurément! Mon propos n’est pas ici de nier qu’une partie de cette jeunesse est désorientée par la crise démocratique (dont il est un des grands contributeurs) et les discours de Soral et Dieudonné. Mais comment ne pas se poser la question des signaux que vous envoyez constamment à cette jeunesse en lui expliquant qu’elle est tout juste tolérée, que si elle est discriminée c’est parce que c’est dans l’ordre des choses et que si elle a le tord de s’identifier de près ou de loin à une autre jeunesse opprimée (toutes proportions gardées), elle commet en cela un crime de lèse République. Oui Mr le Président et Mr le 1er Ministre “qui touche à un juif, touche à la France!”, vous devriez juste rajoutez que “qui touche à un français, touche à la France!” qu’il soit juif, musulman, catholique, protestant, athée ou agnostique. C’est vous qui instaurez un sentiment de traitement différencié! Lorsque vous parlez de la lutte contre les jeunes égarés qui parlent ou partent pour “le Djihad” vous avez raison! Lorsque Mme Le Pen jette l’opprobre et la suspicion sur les binationaux Franco-maghrébin en les accusant de n’être pas loyaux envers la France, à rebours de tout ce que l’histoire de ce pays aurait pu lui apprendre, lorsqu’elle sous entend leurs “double allégeance” et évoque à mots couverts “une cinquième colonne”. N’était il pas de votre devoir de défendre cette jeunesse aussi, qui jusqu’a preuve du contraire est une jeunesse française qui souffre et qui va encore souffrir!
Au contraire, vous contribuez à son exclusion du cadre national en essayant de l’empêcher d’exprimer son soutien à Gaza! Mais buvons ensemble le calice jusqu’a la lie, ni vous, ni Mme Le Pen ne parlez des binationaux Franco-Israéliens qui choisissent d’aller accomplir ce qu’ils estiment être leur devoir dans l’armée d’occupation israélienne! Quid de cette question Mr le 1er Ministre? Je connais déjà votre réponse, vos déclarations sont claires et vous protestez publiquement et fréquemment de la sincérité du lien qui vous lie indéfectiblement, selon vos propres mots, à Israël! Laissez moi vous dire à quel point, en tant que citoyen français, je suis choqué par ces déclarations. Que celles ci soient proférées dans le cadre d’une visite officielle en Israël, pourquoi pas, nous aurions pensé qu’il s’agissait d’un exercice de style diplomatique. Mais ici et maintenant, pourquoi Mr le 1er Ministre??? Qui importe le conflit si vous même vous prenez politiquement fait et cause pour un des belligérants???
5- De la criminalisation du syndicalisme à la criminalisation politique…

L’arrivée de François Hollande au pouvoir avait été ressentie comme un soulagement pour beaucoup, tant les années Sarkozy avaient divisées les français. Pourtant, si la Gauche se réjouissait de cette victoire, l’héritage que notre président laissera à cette même Gauche sera l’Histoire d’un cataclysme, d’une abdication, un renoncement à soi et aux valeurs qui l’auront porté jusqu’a l’Elysée. Bien pire que Guy Mollet qui n’avait pas voulu voir le sens de l’Histoire et qui avait renoncé à l’espoir du progrès condamnant la Gauche à 25 années d’opposition. Hollande vient avec l’aide de Valls de trucider son camp, en crachant sur ses discours et ses promesses de campagne. En tournant le dos à celles et ceux qui l’ont élu! Il a rajouter à sa pusillanimité, la lâche inconséquence de son soutien aveugle au gouvernement Israélien, lors même que celui ci se faisait bourreau de populations civiles! Avec votre 1er ministre vous voulez désormais criminaliser l’expression politique, après que Sarkozy ait criminalisé l’action syndicale. C’est, à n’en pas douter, une dérive liberticide! Je tiens ainsi à témoigner de mon soutien et de celui de mes camarades à Alain Pojolat! Laissez moi vous dire, Monsieur le Président, que votre mandat est une douleur et que, en tant qu’homme de Gauche, j’ai mal de vous voir piétiner ce qui était, hier encore, le socle des valeurs et des convictions que nous partagions…Vous aurez beau déposer des gerbes au “Café du Croissant” et invoquer Jaurés, rien n’y fera vous vous êtes condamné aux oubliettes de l’histoire et vous condamnez la Gauche à des décennies d’opposition. Plus rien n’est sauf, pas même l’honneur! Vivement 2017 que vous disparaissiez politiquement…advienne que pourra!

6- Marseille et ses élus, toujours à la pointe du déshonneur, toujours à contresens de l’Histoire!

Quelques mots à l’endroit des élus qui ont participé à la manifestation “de soutien à Israël” qui s’est tenue dimanche dernier à Marseille. Au delà de l’indécence de ce rassemblement, comment expliqueront ils leur présence à cette ineptie partisane? Messieurs Gaudin et Guérini, dire que nous sommes surpris serait faux, vous ne nous décevez jamais. Chaque occasion est bonne pour vous vautrer dans la honte, sans retenue. En tant que citoyens nous ne vous avons pas demandé de venir soutenir par votre présence ou par un mot le peuple martyrisé de Gaza…Non nous ne vous l’avons pas demandé et nous ne vous le demanderons jamais, parce que vous êtes incapable de discerner une cause juste, d’une implication inique! Vous êtes incapables de reconnaître le droit et la justice là où elle se trouve! Vous en êtes incapables parce que dans votre quotidien vous ne les pratiquez pas. Avec mes camarades je vous laisse comparaître au tribunal de vos consciences respectives, si toutefois vous en avez une. La prochaine fois osez la neutralité, vous ne pouvez pas faire pire que ce que vous avez déjà réalisé tous les deux avec l’aide de vos subordonnés, .

 

Espoirs et conclusion

Texte long et peut être “cacochyme”, mais il est à la mesure de mon affliction et de l’émoi dans lequel je me trouve! J’espère que, bien plus qu’une énième trêve, les dirigeants israéliens reviendront à la raison et s’engageront véritablement dans la recherche d’une solution politique. A commencer par la levée du blocus, condition préalable à toute négociation: on ne peut pas sérieusement discuter avec celui que l’on étouffe! J’espère que les responsables israéliens auront le courage et l’audace de comprendre que c’est eux qui font la guerre et que c’est eux qui feront la paix. Celui qui détient la puissance militaire détient aussi la clé des négociations. L’apartheid est tombé en Afrique du Sud de par la mobilisation internationale (condition déjà existante aujourd’hui!), l’activisme des militants de l’ANC et leur implication sincère dans le processus de négociation (ce que fait l’Autorité Palestinienne) et l’arrivée providentielle (et pour l’heure hypothétique) d’un Frederik De Klerk israélien qui saisira le sens de l’histoire et engagera Israël dans des discussions sur un vrai processus de paix qui ne fera pas l’économie du traitement des questions sur le retour des réfugiés, les frontières de 67, la libération des prisonniers politiques palestiniens en commencant par les femmes, les enfants et les leaders politiques de l’envergure de Marwan Barghouti!
Une fois ces conditions réunies, l’Autorité Palestinienne pourra aisément infléchir la position du Hamas et des groupes radicaux qui se trouveront marginalisés par les avancées du processus de paix. Ce sont ces avancées qui garantiront la sécurité d’Israël et de la Palestine! En guise de conclusion,c’est plutôt un appel que je fais à mes concitoyens qui se disent “amis d’Israël” pour les mettre en garde contre les discours de haine qui leur font croire qu’ils sont en danger et qu’ils sont seuls ici en France et la bas au proche orient. Un mot pour leur dire que les palestiniens sont aussi des hommes et des femmes, qu’ils pleurent des larmes salées, que les mères palestiniennes portent elles aussi leurs enfants neuf mois dans leurs ventres et qu’elles ne peuvent pas plus que d’autres se résoudre à la mort de leurs enfants. Un mot pour dire à mes concitoyens que les histoires de boucliers humains ne sont que des balivernes auxquelles ne croient même pas les états majors qui les diffusent. Aucun père palestinien ne mettra le corps de son enfant sur la trajectoire d’une balle, aucune mère palestinienne ne fêtera la mort d’un enfant israélien! Un mot pour dire à mes concitoyens “amis d’Israël” d’exercer une pression amicale et salutaire auprès des dirigeants israélien et leur faire comprendre qu’il est temps d’essayer autre chose! D’oser la paix,une paix juste et durable selon la formule consacrée! Il est temps de leur dire que le monde n’en peut plus de cette tragédie, de cet Israël qui a peur et de cette Palestine qui meurt!
Mohamed Bensaada
Quartiers Nord/Quartiers Forts
Marseille, le 31 Juillet 2014

 

0 Réponses à “Gaza, au delà des chiffres et des mots.”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Bienvenue sur le blog du RC... |
Section du Parti socialiste... |
Le Nouveau Centre Montbard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MARS Centrafrique
| Bling-bang-blog du 6 mai
| Le vécu Algérien