Archive mensuelle de juin 2012

Euro 2012, chronique d’une France qui ne s’aime pas…

Aussi déplacé que cette comparaison puisse paraitre, l’inconscient collectif français a intégré des événements de l’histoire contemporaine immédiate comme des traumatismes constitutifs de son état d’esprit : entre autres le 21 avril 2002 sur lequel je ne reviendrais pas mais aussi, plus surprenant, l’affaire footballistique de Knysna.  Juxtaposer ces deux entités politique, sportive et médiatique peut relever de l’extrême manque de sérieux de mon approche…et pourtant !

Il faut se rappeler le  naufrage sportif de l’expédition sud africaine et de ses conséquences directes sur leur instrumentalisation politique hystérique, de la part du FN et de la droite populaire. Trop heureuse d’enfouir six pieds sous terre Feu « La France Black, Blanc, Beur de 98 » et le désaveu par la pratique des aspirations identitaires et xénophobes de cette idéologie qui nie tout apport positif à la France de cette immigration post coloniale dont les générations se succèdent les unes aux autres et restent éternellement étrangère au « corps de la nation » .

Le football moderne n’est plus seulement un sport, au sens de ces répercussions politiques et sociales, la France a un problème d’identité que le Sarkozysme a exacerbé. Si l’influence nauséabonde d’un Eric Zemmour sur la pensée française n’est plus à démontrer, il faut aussi dire un mot de ses pendants sportifs que sont les Jean Michel Larqué, Daniel Riolo et autres Pascal Praud :

Lorsqu’on les entend commenter en direct ou en after les prestations de l’équipe nationale, le malaise est immédiat.  L’objectivité n’est pas de ce monde, mais on s’attend de la part de ces journalistes sportifs à un minimum d’enthousiasme, ou au moins à une certaine bienveillance. Hélas, à l’amertume des échecs sportifs, s’ajoute cette bile des reproches, des comparaisons nostalgiques, d’un âge d’or du foot français qui réussissait ( ?) sans Ben Arfa, Nasri, Benzema, Rami et consorts.

Les exploits de ces joueurs sont salués du bout des lèvres, parce qu’après tout ils ne font que leurs boulot et qu’au taux horaire qui est le leurs c’est bien le moins qu’ils puissent faire pour « mériter » de porter ce prestigieux maillot tricolore !!! D’ailleurs la réussite de Zidane et son érection au statut de modèle d’intégration procède de cette idée pervertie que l’immigration post coloniale ne peut se targuer d’être vraiment française qu’a partir du moment où cette dernière réalise des exploits inconcevables…tant pis pour les autres  comme moi qui ne seront à tout jamais que des français de papier !

A contrario, le moindre faux pas est scruté, analysé, décortiqué, espéré, relayé, augmenté, dramatisé. Lorsque les espagnols marquent il faut se boucher les oreilles pour ne pas entendre les éructations quasi orgasmiques de nos propres commentateurs. Un joueur cristallise autour de lui toute la malveillance médiatique qui accompagne l’équipe de France depuis des années, depuis que le visage de la France change et depuis que l’on commence à s’en rendre compte : Il s’agit bien sur de Samir Nasri. Les tords de ce jeune homme sont nombreux, il exerce un métier  extraordinaire et ne donne pas l’impression de s’en apercevoir, il gagne des fortunes et des championnats d’Angleterre, vit avec une femme à la plastique parfaite et semble soutenu par sa famille et ses amis…Si ces performances sont moyennes sur cet Euro, peut on pour autant remettre en cause son talent ? Certains ne s’en privent pas et déversent toute leur rage sur le dos de ce jeune homme à la vie de rêve. C’est de la psychologie de bazar mais qu’importe, Nasri concentre toutes les frustrations car son rôle est éminent dans le fonctionnement tactique et technique de l’équipe de France et que nous sommes 30 millions en France à l’envier quoi qu’on en dise ! Personne n’a pu taper aussi violement sur Zidane parce qu’il avait une relation aux médias moins tendue que celle de Nasri et apparemment une gestion de son image beaucoup plus intelligente. Même si après son coup de boule en finale de la coupe du monde 2006 beaucoup l’avait envoyé bruler au bucher de leurs rancœurs et de leurs ressentiments inavoués…mais c’est une autre histoire.

Pour revenir à Nasri et à ses camarades, c’est surtout le contenu « extra sportif » qui lui est reproché : une désinvolture agaçante, une morgue apparente, l’insolence de cette jeunesse qui ne doute de rien et le fait pour lui et certains de ces camarades de pouvoir s’affranchir du ségrégationnisme social français. Sa relation avec les médias français est étrange, mais malgré lui elle peut s’expliquer par la manne économique que ses dérapages et ses accrochages avec la presse peut occasionner ! En 2010 Anelka et « les mutins de Knysna » ont servit de dérivatif a une France sportivement déboussolée, orpheline d’une génération dorée et incommensurablement douée ! Aujourd’hui Nasri, qui n’est pas une victime sans défense aurait du être jugé sur ses performances sportives et pas sur son conflit avec tel ou tel journaliste, tel ou tel journal sportif. Ceux là même qui reproche le manque d’attachement de Nasri et d’autres au maillot tricolore, devraient se rappeler qu’ils n’ont pas hésité une seconde à faire fuiter le fameux NTM d’Anelka à Domenech. Par souci d’information diront ils, mais au risque de provoquer sciemment un divorce consommé entre l’opinion publique française et cette équipe d’arabes et de noirs ingrats tortionnaires du gentil Gourcuff dont le calvaire a fait pleurer dans toutes les chaumières de France et de Navarre !

Mon billet n’est pas une exégèse sportive de la performance de cette équipe, même si lorsque j’entends les analyses des pseudos footballogue je m’interroge sur mon degré de compétence. Non j’écris ce texte pour mettre en garde celles et ceux qui y mettent plus que du commentaire sportif, pour leur dire à quel point ils/elles sont influents , et à quel point leurs analyses servent les intérêts politiques de la droite extrême de ce pays, à quel point le chauvinisme écœurant de certaines prises de positions journalistiques est une entrave au « vivre ensemble » de ce pays qui se construit dans la douleur. Qu’ils/elles se rappellent que lorsque l’équipe de France joue se sont NOS gosses qui jouent, et que nous devons les encourager en tant que tels sans différenciation et sans malveillance !

 

 

BENSAADA Mohamed




Bienvenue sur le blog du RC... |
Section du Parti socialiste... |
Le Nouveau Centre Montbard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MARS Centrafrique
| Bling-bang-blog du 6 mai
| Le vécu Algérien