Archive mensuelle de mai 2010

Pour des Assises Politiques des Quartiers Populaires.

Cette idée n’est pas neuve et nous la reprenons à notre compte parce que le temps passe et que la situation de nos quartiers continue à se détériorer inexorablement.
Au-delà des polémiques stériles sur l’efficience des différents plans Banlieues de l’histoire récente et de la pertinence des politiques de la ville successive, le constat est alarmant tant sur le plan social, économique que politique.
Nous partons du principe que les Assises Politiques sont l’outil approprié pour une remise à plat de cette question sociétale des quartiers populaires. Nous ne pouvons plus nous satisfaire des actions palliatives habituelles. Il faut un débat, une réflexion et un train de mesures suffisamment ambitieux en terme d’objectifs et de moyens pour combler le gouffre qui se creuse entre les classes des quartiers populaires et le reste de la société.
Pour ce faire nous ne comptons évidemment pas sur la bonne ou la mauvaise volonté de nos gouvernants qu’ils soient nationaux ou locaux ; Nous en appelons à toutes les organisations politiques de Gauche et aux syndicats, aux associations dont l’activité est en rapport avec la vie de nos quartiers, aux travailleurs sociaux et à toutes les personnes engagées dans le combat quotidien qu’est devenue la vie dans ces territoires.
Nous en appelons aux organisations politiques de la Gauche de la Gauche parce que la pérennisation du mouvement social passe par une structuration idéologique et politique que seuls les partis politiques peuvent assurer, mais aussi parce que les projets de société des uns et des autres ne peuvent plus faire l’impasse sur la question des quartiers populaires et doivent l’inclure dans leurs programmes respectifs comme étant une thématique centrale et un préalable de discussion non négociable. En outre comme toute relation n’est viable dans un partenariat que dans le cadre de la réciprocité des échanges, les partis de Gauche auront à effectuer un travail introspectif de réflexion quant à la perception qu’ils se font des quartiers populaires et remettre en cause certaines approches dogmatiques telle que l’uniformité de la classe populaire. Il ne s’agit pas d’opposer ceux qui souffrent mais de prendre en compte les revendications globales des classes populaires issues du milieu ouvrier sans rejeter celles plus spécifiques des classes populaires issues de l’immigration post coloniale. Ne pas faire ce constat consisterait à rompre de façon irrémédiable avec une frange importante du « prolétariat » tel qu’il est aujourd’hui et non pas tel qu’on le fantasme.
Nous en appelons aux syndicats parce que la lutte pour le progrès social ne peut se concevoir sans leur renfort, leur encadrement et la transmission de tout l’héritage culturel des luttes du passé et du présent dont ils sont les dépositaires ; Néanmoins cette collaboration n’est pas univoque et bien que s’inscrivant fondamentalement dans la tradition de l’éducation populaire, nous pensons que c’est le contact entre la tradition syndicale d’entreprise et le mouvement social des quartiers populaires qui donnera naissance au syndicalisme du futur et le revitalisera. Nous sommes convaincus que le monde de l’entreprise n’est plus le seul terrain d’affrontement social et que les problématiques du logement, de l’emploi et du maintien des services publics dans nos quartiers sont autant de théâtres d’opération à investir collectivement.
Nous exhortons nos camarades du milieu associatif à assumer pleinement leur part de responsabilité dans la construction d’une alternative politique émancipatrice pour la population de nos quartiers. Nous refusons d’être systématiquement condamnés à reproduire les mêmes schémas, les mêmes erreurs et à être fatalement au même point de réflexion que les générations de militants qui nous ont précédées ! L’immigration post coloniale est porteuse d’une Histoire, souvent ignorée, méprisée ou déformée, pourtant cette Histoire fait aussi partie du patrimoine culturel de la France et nous sommes aujourd’hui capables de réécrire l’Histoire de ce pays et de TOUS ces habitants de manière objective, en sortant du canevas étriqué du roman national et des dérives racistes du débat sur l’identité nationale. Le travail autour de cette mémoire est crucial et il fait le lien avec l’histoire de l’immigration, les espoirs, les échecs et les luttes pour accéder au respect, à la dignité et cette soif inextinguible de justice et d’égalité comme leitmotiv de plus d’un siècle de lutte ! De l’Etoile Nord Africaine (ENA) dans le Front Populaire au combat du Mouvement des Travailleurs Arabes (MTA), du regroupement familial à la chasse aux « sans papiers » et de la marche pour l’Egalité de 83 a la révolte de 2005. Toute cette expérience est riche d’enseignements et nous ne progresserons que si nous sommes capables de nous servir de la somme des savoirs accumulés par des générations de militants.
Enfin nous en appelons à toutes celles et ceux qui chaque jour luttent pied à pied contre un système qui broie l’individu et l’isole en lui faisant croire que le salut est dans la compétition et la prédation des autres. Que l’accaparement des richesses produites par les travailleurs s’inscrit dans la normalité. Que l’on peut s’accommoder d’un droit international à géométrie variable. Nous en appelons à celles et ceux qui refusent la précarité comme mode de vie imposé et qui militent pour que la dignité humaine soit inaliénable et qu’elle outrepasse toutes les considérations mercantilistes ! Nous en appelons aux jeunes, aux vieux, aux femmes et aux hommes de bonne volonté qui ont encore l’espoir que les choses peuvent encore changer, et nous leur disons que les choses ne changeront qu’a partir du moment où le sens collectif l’emportera sur l’égoïsme et l’individualisme. Nous leur disons que la cause des Quartiers Populaires est une cause universelle et que c’est un enjeu majeur de notre société, parce que c’est dans ces quartiers que s’accumule l’intégralité des injustices du système actuel.
En Septembre prochain, à Marseille se tiendra le 1er Forum de Réflexion et d’Action Populaire, cet événement initié par le Collectif de Réflexion et d’Action Populaire aura pour but de dresser un constat (le plus exhaustif possible) de la situation de nos quartiers. Il aura aussi pour ambition d’impulser une nouvelle dynamique politique dans nos quartiers et de fédérer autour d’objectifs commun à court, moyen et long terme, l’ensemble des forces vives politiques, syndicales et associatives qui ont pour volonté commune, l’envie de participer à la repolitisation de nos quartiers et à leur installation effective dans le jeu politique comme thématique centrale et non plus comme accessoire instrumentalisé en fonction d’intérêts bassement électoralistes. Nous essaierons de confronter nos points de vues sur des sujets aussi divers que la Culture, la Santé, l’Education, l’Emploi, le Logement, la situation politique locale, Nationale et internationale et nous élaborerons les premières pistes de réflexion sur la façon d’organiser un mouvement social des quartiers populaires, autonome et suffisamment crédible pour que nos quartiers ne soient plus une simple variable d’ajustement politique. Le Forum constituera ainsi la première marche vers les Assises Politiques des Quartiers Populaires.
Quartiers Nord/Quartiers Forts
16 Mai 2010
logoqnqf.png




Bienvenue sur le blog du RC... |
Section du Parti socialiste... |
Le Nouveau Centre Montbard |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MARS Centrafrique
| Bling-bang-blog du 6 mai
| Le vécu Algérien