• Accueil
  • > International
  • > Crise Financière Mondiale: Une opportunité historique pour le changement.*

Crise Financière Mondiale: Une opportunité historique pour le changement.*

crise.jpg 

  Pour comprendre le mécanisme principal qui a conduit à la crise des subprimes et au cataclysme boursier qui s’en est suivi il faut avoir l’esprit assez tordu: c’est de la titrisation massivement pratiquée depuis les années 90 que tout commence , pour faire simple la titrisation c’est la transformation d’une créance en un actif revendable (c’est déjà en soi une abstraction perverse  ). Dopées par les théories de Milton Friedman sur l’autorégulation du marché et par la mise en application dogmatique qu’en firent Reagan et Thatcher, les banques se sont mises à vendre ces dettes empaquetées dans des crédits immobiliers à des investisseurs qui les ont alors mélangés à d’autres crédits pour les revendre à leur tour contaminant ainsi l’ensemble du système financier. En 2007 les défauts de paiements hypothécaires se sont multipliés entrainant une chute du marché des crédits titrisés, la suite nous la connaissons, des dizaines de milliers de familles américaines jetées à la rue sans compassion, Freddie Mac et Fannie Mae en cessation de paiement, Lehman Brothers qui chavire et la tempête financière qui prend des allures de cyclones entraînant le doute et la suspicion dans toutes les places boursières du monde…  Le plus inquiétant est a venir parce qu’au delà de la crise financière c’est une crise économique mondiale qui se profile, nous en ressentons déjà les symptômes au quotidien et quoiqu’en dise Mme Lagarde, la France comme d’autres est en récession, si l’on s’en tient à la définition stricto-sensu du terme qui dit que si le PIB décroit pendant 2 trimestre consécutif…ce qui est hélas le cas.Dans ce cas pourquoi sous titrer ainsi cet article?  Entre le 13 et le 15 octobre 2008 à Pékin les représentants de nombreux mouvements sociaux se sont rencontrés et ont tenus des réunions informelles pour faire un diagnostic global de la crise et commencer à faire des propositions alternatives en vue de la refondation de l’ordre économique planétaire. Parce que contrairement au sauvetage de meubles envisagé par de nombreux gouvernements, dont le nôtre, cette crise doit servir de leçon à tous les fanatiques ultralibéraux qui sans complexe et sans honte ont remis dans leur vocabulaire des mots autrefois bannis et abhorrés. Oui soudain l’interventionnisme étatique est devenu vertueux, la régulation du marché et sa moralisation ne font plus l’objet de tabous. Bien sur il y’a encore des concept progressiste qu’on ne peut toujours pas évoquer, la redistribution des richesses, la taxation même marginale des capitaux, la prééminence de valeurs humaines sur la valeur de l’argent. Entendons nous bien, il ne s’agit pas là d’un appel anticapitaliste, le monde est capitaliste depuis des siècles et le restera encore longtemps; pour autant il va falloir le réformer en profondeur pour inhiber progressivement sa violence structurelle inhérente dont la version financière se résume à une barbarie. Pour cela le fameux « New Bretton Woods » que réclame Sarkozy ne devra pas se contenter des déclarations incantatoires habituels et des effets de manches spectaculaires. Il faudra oser redéfinir le rôle, les objectifs et le fonctionnement  du FMI, de l’OMC.  Restructurer les banques centrales autour d’objectifs sociaux et environnementaux qui soient démocratiquement définis ,Introduire la participation de l’état dans les CA des banques, et pas seulement la nationalisation de leurs mauvais résultats; mettre en place une surveillance du système bancaire par les populations et les Parlements; Prioriser le prêt à des taux d’intérêt minimum pour satisfaire les besoins sociaux et environnementaux et élargir la sphère de l’économie sociale; Fermer tous les paradis fiscaux; Développer un système fiscal mondial pour empêcher les comptabilités de transfert et l’évasion fiscale; Réduire drastiquement les dépenses militaires  et rediriger les dépenses publiques  prévues pour le renflouement des banques vers des revenus  minimum garantis et une sécurité sociale, et fournir des services sociaux universels tels que le logement, l’eau, l’électricité, la santé, l’éducation, la petite enfance; Contrôler et/ou subventionner le prix des denrées de base et interdire toute spéculation sur les denrées alimentaires de base;  Supprimer progressivement la suprématie du dollar comme monnaie de réserve au plan international; Mettre en œuvre de façon stricte le principe de précaution de la Déclaration des Nations Unies sur le droit au développement comme une condition basique de tout projet de développement ou de nature environnementale…Voilà quelques propositions parmi de nombreuses autres (que vous pouvez retrouver en ligne sur le site du CADTM). Convoquer un G20 sans aucun pays africain et ne pas revoir sa propre politique fiscale (bouclier fiscale etc.) et sociale est un aveu d’entêtement. L’hyperactivité de notre président ne sera jugée qu’au regard de l’histoire, saura t’il faire abstraction de ses crédos néolibéraux pour faire face à la crise? Car la crise sera terrible pour les précaires et la classe moyenne, à n’en pas douter!         BM      

0 Réponses à “Crise Financière Mondiale: Une opportunité historique pour le changement.*”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Bienvenue sur le blog du RC... |
Section du Parti socialiste... |
Le Nouveau Centre Montbard |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | MARS Centrafrique
| Bling-bang-blog du 6 mai
| Le vécu Algérien